L’appel de Matthieu Riccard pour les fêtes de fin d’année

Le gavage des oies et des canards, c’est ça : des animaux enfermés 24/24h, 7/7j, qui survivent dans leurs excréments, et dont la mortalité est multipliée par 9 en période de fêtes. Une vie de souffrance pour un plaisir éphémère.

L’association de lutte pour le bien-être animal a publié ces derniers jours une vidéo de Matthieu Riccard, moine bouddhiste, qui avait un petit message à faire passer par rapport à la consommation de foie gras.

A cette occasion, le magasine en ligne GoodPlanet Info a republié la tribune de Matthieu Riccard, initialement parue dans Le Monde du 16 décembre 2004, et dont je vous glisse ici un petit extrait :

La bienveillance n’est pas une denrée que l’on ne peut distribuer qu’avec parcimonie comme un gâteau au chocolat. C’est une manière d’être, une attitude, l’intention de faire le bien de tous ceux qui entrent dans le champ de notre attention et de remédier à leur souffrance. En aimant aussi les animaux, on n’aime pas moins les hommes, on les aime en fait mieux, car la bienveillance est alors plus vaste et donc de meilleure qualité. Celui qui n’aime qu’une petite partie des êtres sensibles, voire de l’humanité, fait preuve d’une bienveillance partiale et étriquée.

Ces quelques paroles ont de quoi faire réfléchir… Et cela nous donne en plus quelques arguments complémentaires, notamment face aux personnes qui croient que, parce qu’on se mobilise pour la vie animale, on en néglige la vie humaine.

Articles en lien :

4 réflexions sur “L’appel de Matthieu Riccard pour les fêtes de fin d’année

  1. ce que tu montres, ce sont les 15 derniers jours de canards qui, Dieu merci, ont vécu auparavant une vie au bon air…
    toutefois, en france, on leur donne un peu plus de confort ( litière de copeaux et souvent un seul rang), mais le foie a tendance à se produire au rabais en Bulgarie, puis à être emballé en France et revendu à du prix du sud ouest…
    pour ma part, il ne passe qu’ un demi foie par an sur ma table, et, si chacun restait aussi modéré, l’ élevage Française suffirait
    et si, au moins les cuisses des canard bulgares restaient en Bulgarie…

    • Les vidéos ont été tournées en France, malheureusement. Pour moi, il n’est plus possible de rejeter la faute sur les autres pays. Bien-sûr que les conditions d’élevage en Bulgarie sont atroces, mais il serait temps, et bon, de balayer devant notre porte, au lieu de regarder ce qui se fait de pire que chez nous. Nous avons des progrès à faire, et le gavage est pour moi, et pour d’autres personnes, une souffrance inutile, dont on pourrait se passer.
      Voici un extrait pris sur le site stopgavage, dont j’ai mis le lien en fin d’article :

      En France, 60% des canards sont enfermés dans des cages de batterie où ils ne peuvent ni se lever, ni se retourner, ni étendre leurs ailes.

      Je comprends tout à fait que l’on aime le foie gras, et je ne me permets pas de juger ceux qui en consomment : jusqu’à l’année dernière, j’en consommais moi-même, avec beaucoup de plaisir ; mais cet article est là justement pour éveiller les consciences, en toute bienveillance. La mienne a été éveillée ainsi.

      Par contre, je ne comprends pas ton premier argument : parce que canards et oies ont vécu 80 jours en plein air, on peut les gaver industriellement en leur faisant subir les pires souffrances pendant les 15 derniers jours ?

  2. Deu merci, j’ ai toujours consommé des 40% restants…
    et je rappelle que le foie gras est une recette multiséculaire, mais de production encore limitée, par rapport aux volatiles à viande
    et une telle ferme devrait être fermée par la gendarmerie!!!!
    je préfère une usine à élever bien équipée pour le confort de ses animaux à certaines exploitations sans moyens…( à condition que ce soit un groupement d’ agriculteurs, pas un investisseur)

    • Si tu sais d’où provient ta viande, alors tant mieux. Mais n’idéalise pas l’élevage français, car à part une minorité de petites fermes respectueuses des animaux pendant leur vie, on est face à une grosse industrie qui tue pour le profit.
      Le fois gras a beau être une recette multi-séculaire, on n’en rend pas moins un animal malade pour pouvoir consommer une partie spécifique de son corps…

      Si toutes les fermes et élevages ne répondant pas aux critères et aux normes de sécurité et de bien-être animal devaient être fermées par les pouvoirs publics (ce seraient plutôt les services vétérinaires d’ailleurs), il n’y aurait plus beaucoup d’élevages sur le sol français, et Loué serait bien dans la mouise ! Mais cela n’arrivera pas, car les normes déjà pas très sévères pour le bien-être animal ne sont pas respectées, et les services vétérinaires ont besoin de BEAUCOUP de preuves pour pouvoir ne serait-ce que mettre en examen un élevage. Il faut que les animaux soient tous au seuil de la mort pour que l’administration se scandalise. Les animaux servent l’industrie, ceux à qui cela profite se fichent pas mal de leur souffrance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s