Bouton de fièvre : la solution ultime (et naturelle)

Une nouvelle solution toute naturelle contre l’herpès labial (bouton de fièvre) : ça vous tente ?

Tremblez, pauvres fous ! Herpès, que tes suées soient froides et tes genoux claquants ! Car oui, votre heure est venue, boutons de fièvre disgracieux, pustules immondes et douloureuses : fuyez devant la puissance de votre ennemi ! Car il est un preux chevalier et fort valeureux combattant, lui dont on dit qu’il terrasse ses ennemis d’un seul coup de masse d’arme.

Après cette introduction quelque peu guerrière et grandiloquente (c’était trop tentant), me voici donc prête à vous conter ma mésaventure de ces derniers jours. J’avais bien pensé rajouter un petit paragraphe à mon article sur les boutons de fièvre et les solutions naturelles pour s’en débarrasser plus vite, mais j’ai pensé qu’un article consacré à ça serait plus visible, et que surtout, ça valait le coup.

Lundi donc, je sens le picotement désagréable et la sensation douloureuse lorsqu’il y a pression à l’endroit habituel de mon bouton de fièvre… Rassemblant plusieurs facteurs d’apparition d’un bouton de fièvre, je me suis dit « C’est bon, celui-là c’est pour Bibi. Caramba. »
Il n’était pas sorti, c’était juste un peu rouge, et douloureux, donc. Or il se trouve que la semaine d’avant, j’avais fait une petite cure de chlorure de magnésium pour éviter de tomber malade (crêchant chez des amis enrhumés) : le chlorure de magnésium permet de renforcer le système immunitaire, entre autres, et offre un sérieux coup de pouce lors de périodes difficiles (un verre par jour, deux semaines).

Si vous avez bien tout suivi, j’expliquais dans mon article précédent à ce propos que le bouton de fièvre est causé par tout un tas de facteurs mais qui tous ou presque ont le même résultat : un affaiblissement du système immunitaire, qui permet à l’herpès labial de se développer tranquillou sur votre bouche magnifique.
Je suis donc partie de ce principe simple : si je renforce mon système immunitaire avant même que le bouton de fièvre n’ait pu sortir, je peux peut-être l’empêcher de sortir ! Enormous super-good news my friends, puisque jusqu’ici, je pensais (à juste titre) que l’herpès labial ne pouvait pas être contenu.

Effectivement : le bouton de fièvre, s’il est sorti (donc s’il y a des vésicules), ne peut plus être contenu : il faut qu’il évolue et qu’il cicatrise pour le voir enfin disparaître. Mais ! et c’est là tout l’intérêt du truc : si vous vous y attaquez avant même qu’il ait pu se manifester dans toute sa splendeur, qui pis est par l’intérieur, alors là je dis bingo, je dis oui, je dis merci le chlorure de magnésium.

Par conséquent, de lundi à vendredi, j’ai pris chaque jour un à deux verres de chlorure de magnésium. La rougeur et la douleur ont disparu toutes les deux au bout du troisième-quatrième jour. Danse de la joie.

Pour les aspects techniques

Le chlorure de magnésium s’achète en pharmacie, pour environ 1,80 € le sachet. Un sachet doit être dilué dans un litre d’eau (un bouteille en verre, c’est parfait). Il ne faut pas en boire plus de deux verres par jour pour l’utilisation que je préconise, et pas plus d’une semaine ou deux. Le chlorure a des effets laxatifs, mais ça dépend des personnes pour l’intensité.
Je vous préviens tout de suite : c’est dégueulasse. C’est extrêmement amer : donc si vous avez déjà bu de l’eau d’Hépar, c’est au moins trois fois pire. Pour contrer l’amertume, le seul truc efficace, c’est l’acidité : donc dans votre verre, vous versez le jus d’un citron, puis votre chlorure, et vous buvez le tout d’un trait sans respirer. Foi de moi (et d’une expérience de plus de vingt ans), ça se boit.

Pour conserver votre chlorure de magnésium, préférez une bouteille en verre (refermable) : récupération, durable et sans risque d’intoxication par le plastique !

Le chlorure de magnésium est un remède de grand-mère (enfin de la mienne), que plus grand-monde (en tout cas de ma génération) ne connaît aujourd’hui, et c’est fort dommage, quand on connaît tous ses bienfaits. Je vous en parlerai plus longuement un de ces quatre. Ça ne coûte rien, ça n’a pas d’effet secondaire dangereux, et c’est vraiment efficace.

Si vous sentez que votre bouton de fièvre pointe le bout de son nez, sans être sorti pour autant, je ne peux que vous engager à essayer cette solution ! Et s’il a déjà formé des vésicules, je vous renvoie à mon premier article sur le sujet.

Et vous, avez-vous déjà testé cette solution ? Comment gérez-vous votre herpès labial ? Etes-vous tenté par cette solution ?

5 réflexions sur “Bouton de fièvre : la solution ultime (et naturelle)

  1. Ah ! Je ne connaissais pas du tout cette solution !
    C’est un super conseil et au pire cela peut compléter un traitement et le rendre plus efficace si le chlorure seul n’est pas suffisant.
    Oui parce que quand ça m’arrive, c’est pas un bouton de fièvre hein, c’est la plaque abusée sur une bonne moitié du menton. Joie. Du coup j’ai le traitement costaud de 10 jours oral et cutané. Et tous les remèdes naturels type tea tree n’ont qu’échoué lamentablement ^^
    Je serais donc le cobaye de l’extrême :D

    • Ahah super cobayyye ! J’espère que ça fonctionnera, ça doit être limite handicapant d’avoir des plaques :/ mais là, aux premiers symptômes, tu lui sautes dessus avec du chlorure (mouaha) et taïaut !, tu viendras nous donner des news :) ! Merci pour ton commentaire !
      Je n’avais pas pensé aux problèmes de peau autre que le bouton de fièvre, mais en passant, je précise que le chlorure est, en interne comme en externe, très bon pour la peau. Dans tous les cas, oui, c’est un coup de pousse, et je ne crois pas qu’il y ait de contre-indications par rapport aux médicaments ; si on a un doute, on demande à son médecin/thérapeute.

  2. Aaaah le bon article !!
    Et qui tombe à point nommé : ça fait plusieurs semaines que je dors n’importe comment, ajoute à ça 2x28h de voyage en train, des horaires de vie complètement aléatoires… Bref, le bouton n’est pas encore là mais je suis archi-sûre qu’il va se pointer tout bientôt. Je suis même très étonnée qu’il ne soit pas encore là (parce que j’ai fait une excellente nuit, et généralement c’est après le premier bon repos qu’il se point, ce saligaud).

    Donc me reste plus qu’à chercher comment on dit « chlorure de magnésium » en suédois et me pointer dans la première pharmacie… Cela dit, j’ai l’impression que l’air non pollué et le bon moral sont des aides inestimables également.

    • Haha mercii !

      Je ne peux malheureusement pas t’aider quant à l’énigme « chlorure de magnésium » en suédois ^^, mais sinon c’est peut-être possible d’en commander via internet (même si je sais que tu n’aimes pas trop ça) ; dans tous les cas, tu me diras si on en trouve là-bas ?! Je serai curieuse de savoir si c’est répandu ou pas dans d’autres pays :)
      Et oui, c’est casse-bonbec, c’est toujours quand on commence à se reposer que le corps se relâche en mode : « Tiens, tu peux enfin dormir ? Gniârk gniârk gniârk ! » Bref, joie et bonheur incommensurable…

      • XD
        Exactement, c’est pile 2 jours avant de revenir de mon périple de 3 mois au Canada que j’ai fait ma dernière poussée bien moche. Fatigue d’un voyage assez mouvementé et froid hivernal québécois. Sinon à des moments bien pourris ou je devais etre présentable en public en plus. Heureusement que c’est deux fois par an pour ma part, je ressemble à une lépreuse pendant xD Presque un an maintenant, je croise les doigts !^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s