J’ai testé : la coupe cautérisante

Testé et adopté ! Il faut dire que j’y suis allée sceptique au départ : moui bon, des ciseaux chauffés, je vois pas bien ce que ça peut avoir de plus que des ciseaux froids, et puis, ce n’est pas un brûlage… Que nenni ! La surprise n’en a été que plus agréable.

La coupe cautérisante : qu’est-ce que c’est ?
Il s’agit d’une pratique à mi-chemin entre la coupe avec ciseaux, classique, et la coupe avec une flamme (où l’on brûle les pointes et/ou les longueurs pour obtenir une cautérisation).
Cela consiste à passer au-dessus de la flamme d’une bougie les lames de vos ciseaux, pendant une minutes environ, et de couper de suite après. Les lames, chauffées, vont faire fondre les pointes mais de façon beaucoup moins prononcée et beaucoup plus douce qu’un brûlage, avec une coupe très nette et très propre, sans faire les petites boules caractéristiques du brûlage.

Une bougie pour chauffer vos lames, c’est quand-même plus pratique qu’un briquet.

Pourquoi ?
Pour avoir cet effet de cautérisation (la fibre qui se recroqueville sur elle-même) sans passer par la case brûlage. Alors bien-sûr, l’effet est moindre, mais je préfère : moins d’agression, une coupe précise, et adaptée aux cheveux les plus fragiles qui ne supportent pas toujours le brûlage. Cette technique permet donc de retarder l’apparition des fourches, et d’avoir une coupe propre (bon à savoir pour les franges par exemple, ou les cheveux très raides en quête d’une coupe vraiment nette), en peu de temps et à peu de frais !

Comment j’ai fait ?
Pour connaître les techniques pour se couper les cheveux soi-même, en attendant un article de ma part, je vous laisse aller fureter sur le net (et sur les liens dans la colonne de droite), mine d’informations là-dessus.
En ce moment, comme je cherche à rattraper mon dégradé, j’enchaîne les coupes droites, en n’oubliant pas non plus de rafraîchir les mèches les plus courtes (sinon les pauvres ne sont jamais coupées), mais moins que celles du dessous (je ne sais pas si c’est très clair…), justement pour éviter de continuer à prononcer le dégradé. BREF.
Comme là, je voulais juste un petit centimètre, rafraîchir sans perdre de pousse, puisque mes cheveux vont bien, j’ai utilisé la technique de l’élastique : une queue basse, on fait glisser l’élastique bien droit et hop ! J’avais préparé une bougie et mes ciseaux habituels.

Un point sur les ciseaux
Les ciseaux pour couper vos cheveux ne doivent impérativement servir qu’à cela, quels qu’ils soient, pour éviter d’abîmer les lames (et vos cheveux). Vous n’êtes pas obligés de prendre des ciseaux de coiffeurs à 60 balles, des ciseaux neufs de couturière peuvent convenir, et perso, les miens sont … des ciseaux à moustache ! Inégalables de précision ! :)

Donc : je passe les lames au-dessus de la flamme, dedans mais ça les noircit (sans les abîmer, j’ai eu du bol). Comment vérifier que c’est bien chaud ? Mauvaise réponse : on ne les touche pas avec les doigts (eh oui, ça peut paraître stupide de prévenir de ça, mais ça m’a traversé l’esprit alors bon…) ! Ce que j’ai fait, c’est que j’avais un pantalon assez fin, donc j’ai simplement posé un quart de seconde les lames sur ma cuisse, ça a suffit pour sentir qu’ils étaient chauds. Sinon, approchez vos doigts à quelques millimètres des lames, cela suffit à sentir la chaleur.

On est d’accord : si vos ciseaux ne sont pas aussi jolis que ceux-là, ça marche quand-même (du moment qu’ils sont aiguisés).

Et puis j’ai pris les cheveux qui dépassaient de l’élastique, et hop ! coupe-coupe. La sensation en coupant est très drôle, et assez différente d’avec les lames froides : on sent bien que ça rentre comme dans du beurre, et on voit les cheveux se recroqueviller un peu avec la chaleur. On a une coupe nette, en un passage ! J’ai bien fignolé néanmoins, en repassant les lames au-dessus de la flamme (les lames restent chaude une minute je dirai, il faut la repasser régulièrement quand-même). Au toucher, les pointes forment comme un agglomérat (toujours ce truc de la fonte des glaces de la fibre capillaire) compact, et bon, comme je m’amuse d’un rien, j’ai trouvé l’expérience rigolote (allions toujours l’utile à l’agréable).
Pour finir, j’ai fignolé les mèches du devant (sans élastique, un peu à la barbare devant la glace), toujours en repassant les ciseaux dans la flamme régulièrement.

Note pour les sceptiques
Les lames sont vraiment très chaudes (il faut les laisser suffisamment longtemps), donc oui, ça a un réel effet.
La coupe cautérisante est aussi proposée dans certains salons de coiffure, pour celles et ceux d’entre vous qui y vont, et des kits de ciseaux chauffants sont également disponibles dans le commerce.
A noter que cette technique peut évidemment être adaptée pour la chasse aux fourches, en remplacement du brûlage !
Et puis dernière info : j’ai coupé un centimètre, comme prévu : j’étais à 84 cm et je repasse à 83 cm, ça pousse doucement, mais ça pousse !

Et voici le résultat en photo, même si au toucher c'est plus probant.

Et voici le résultat en photo, même si au toucher c’est plus probant.

Et vous, la coupe cautérisante, ça vous tente ? Chez le coiffeur ou chez vous ? 

14 réflexions sur “J’ai testé : la coupe cautérisante

  1. Hello, pour ma part je laisse tremper un moment mes ciseaux dans de l’eau bouillante (ils ont une poignée plastique, comme ça je ne me brûle pas en les retirant). Mais faudra que je teste avec la bougie, ça a l’air encore plus efficace (je suis un peu sceptique envers ma technique, je me demande si les lames chauffent assez pour cautériser, en tout cas je n’ai pas l’effet « beurre » que tu décris).

    • Salut !
      Oui, je pense qu’avec la bougie, ça chauffe beaucoup plus tout en restant plus doux que la flamme directe. Eau bouillante, je sais pas trop, enfin il faut qu’elle reste bouillante en fait, donc sur le feu. Je pense que niveau température, il faut se rapprocher des 150°C pour avoir un résultat. Ça paraît énorme dis comme ça, mais ça n’abîme pas du tout :).
      Si tu essayes, tiens-nous au jus, j’ai justement pas mal pensé à toi et tes cheveux qui ne peuvent pas être brûlés en rédigeant l’article ;) !

      • coucou et avec un lisseur ça peut pas cautériser si on le laisser 10 seconde sur la partie qui vient d’être coupée?

      • Salut !
        Alors non, je ne pense pas qu’avec le lisseur ça fasse le même effet, parce que la chaleur n’est pas produite de la même façon ; de plus, c’est bien le fait de couper qui va cautériser les cheveux, et non pas simplement d’appliquer de la chaleur à partir d’une surface plane comme celle des plaques :)

  2. Merci pour cet article qui tombe à pique ! J’ai failli faire un brûlage il y a peu mais la fragilité de mes cheveux m’a fait reculer du coup la coupe aux ciseaux chauffés me tente beaucoup pour le prochaine épointage.

    • Merci pour ton commentaire :) ça fait toujours plaisir de savoir que les articles sont utiles !
      Je pense que tu fais bien : en général, les cheveux secs, fragiles, ou fins, supportent mal les brûlages… N’hésite pas à donner tes retours, si ça t’a plu ou pas :) !

  3. Merci pour ton article ! Je viens de lire celui de Mini sur le brûlage, et franchement ça me fait un peu peur. Mais là, c’est moins effrayant ;-). Je dois égaliser les pointes en juin (j’essaie de recouper tous les six mois), je pense que je vais tenter.

    • Le brûlage est une technique qui a fait ses preuves et qui fonctionne très bien sur beaucoup de gens, mais certaines personnes aux cheveux plus fragiles ne le supportent pas :) d’où l’intérêt de connaître les alternatives. Je pense que tu peux essayer sur une mèche-test, sauf si tes cheveux sont vraiment très secs et abîmés : dans ce cas oui, la coupe cautérisante sera plus adaptée.

      En tout cas, merci pour ton commentaire et à bientôt sur le blog !

  4. Même si mes cheveux supportent plutôt bien le brûlage, j’apprécie beaucoup la coupe cautérisante aussi, elle permet de cautériser facilement quand on se coupe souvent les pointes.
    Au passage, tes ciseaux sont adorables :o Je suis fane !

    • Ahah zut, je ne l’ai pas précisé mais ce ne sont pas mes ciseaux (j’aimerais bien !) : ce sont des ciseaux de couture du début du XXe siècle, exposés dans un musée (alors lequel je ne sais pas, vu que la photo vient d’une banque de données publique) ! Et oui, ils sont géniaux :)

  5. Coucou,

    Ca faisait bien longtemps… j’ai relu ton commentaire sur mon article « cautérisation maison », je suis ravie que la méthode te convienne après test ;-)
    Depuis ma première tentative, je procède toujours de cette manière et je vois la différence, peut-être encore mieux sur les cheveux plus lisses de ma fille.
    Je ne suis plus retournée chez Norgil, l’institut qui m’a fait découvrir les ciseaux chauffants.

    A bientôt :-))

    • Salut !

      Oui, c’est une super méthode, que je trouve vraiment plus douce que le brûlage, tout en ayant une efficacité remarquable ! En effet, je ne pense pas qu’on ait besoin d’un professionnel pour se couper les cheveux selon cette méthode, sauf si bien-sûr ils sont courts !

      Merci pour ton commentaire, à très bientôt !

  6. Coucou ! Super article, dommage que je ne l’ai pas découvert plus tôt car mes pauvres cheveux n’ont pas supporté le brûlage récent … du coup je dois passer par la case ciseaux. Est ce que cette technique, après le brûlage (1 mois voire 2), ne risque pas de traumatiser d’avantage mes cheveux ? Et la pratiques-tu
    sur cheveux secs ou mouillés ? Avec mes boucles, les cheveux mouillés seraient plus pratiques mais j’ai peur -rationnellement ou non- que chaleur + eau abîme les cheveux …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s